Domicile-Travail : les salariés à bout de souffle

16,00 

commander

Nous franchissons un seuil au-delà duquel la complication de la vie quotidienne des salariés n’est plus tenable.

De nos jours un Français parcourt en moyenne 45 kilomètres  par jour, contre 20 en 1975. Trois salariés sur quatre quittent leur  commune de résidence pour aller travailler. La portée  des déplacements vers le  travail s »étend sans arrêt. Combinés à la précarisation du travail (CDD, intérim, temps partiel…), à l’accès massif des femmes à l’emploi, à l’augmentation des prix  de l’essence et de l’immobilier, ce phénomène fait surgir des difficultés inédites d’organisation de la vie quotidienne des salariés. Le déplacement vers le travail  coûte de plus en plus cher, demande de plus en plus de temps et d’énergie. De nombreux salariés ne parviennent plus à articuler le temps désynchronisé du  travail et le temps de la famille. D’autres sont contraints par les prix de l’immobilier d’habiter très loin de leur travail.

Pour une flexisécurité élargie aux modes de vie urbains.
Les partenaires sociaux ont ouvert le chantier de la flexisécurité, ce compromis entre la flexibilité pour l’entreprise et la sécurité pour le salarié. D’urgence, il faut intégrer à ces discussions les changements des espaces de vie et leurs impacts sur
les salariés. L’accompagnement des transformations du travail ne peut pas faire l’impasse sur les changements de l’organisation de nos agglomérations et sur  l’importance centrale, entre ville et travail, de la mobilité.


Date de parution : mai 2008
ISBN : 978-2-9166-2833-2
216 pages